Centre de Conservation pour Chimpanzés

Centre de Conservation pour Chimpanzés


Situé en République de Guinée, le Centre de Conservation pour Chimpanzés (CCC) est un sanctuaire créé en 1997 pour faire face à la situation d’urgence dans laquelle se trouvaient les populations de chimpanzés. Trésor du patrimoine guinéen, leur nombre ne cesse de diminuer approchant le seuil de l’extinction.

Implanté en Haute-Guinée dans la Parc National du Haut-Niger, le CCC a trois missions prioritaires :

  • Recueillir les chimpanzés orphelins saisis par le gouvernement guinéen, leur offrir les meilleures conditions de vie possibles et leur apprendre les bases nécessaires pour les préparer à un retour à la vie sauvage.
  • Relâcher ces chimpanzés après un processus de réhabilitation de plusieurs années afin qu’ils retrouvent la liberté et leur habitat naturel qu’ils n’auraient jamais dû quitter.
  • Sensibiliser les populations locales sur les conséquences de la disparition de cette espèce afin de lutter contre le trafic illégal.

Accueil et réhabilitation des chimpanzés

Les chimpanzés recueillis par le CCC sont des chimpanzés orphelins dont la mère et d’autres membres du groupe ont été tués. Ils sont capturés pour en général être vendus comme animaux de compagnie. A leur arrivée au CCC, les chimpanzés souffrent très souvent d’affections graves qui méritent des soins 24h/24h. Les plus répandues sont les maladies de peau, les affections respiratoires, les désordres psychologiques liés aux mauvais traitements et à leur captivité et la malnutrition. Après une période de quarantaine, le chimpanzé est intégré à un groupe.

Nelson à son arrivée en 2005 souffrant de sous-alimentation et de traumatismes psychologiques

Nelson 4 ans après…

Les chimpanzés détectés dans des institutions ou chez des particuliers sont saisis par le Gouvernement puis emmenés au CCC. Le premier but du CCC est d’offrir à ses pensionnaires des conditions de vie optimales, qui répondent à leurs besoins, différents selon leur âge, l’objectif étant de réduire les contacts avec l’homme au fur et à mesure qu’ils grandissent et de les préparer peu à peu à leur retour à la vie sauvage.

Saisie d’Ama et Kirikou qui vivaient au milieu de détritus et de ferrailles

Lorsque les chimpanzés arrivent au CCC, ils n’ont souvent que très peu vécu avec leurs congénères. Ils n’ont pas acquis de leurs aïeuls les bases vitales de la vie en communauté de chimpanzés. Ils ont par conséquent tout à réapprendre : apprendre à grimper, à trouver de la nourriture en brousse, à faire un nid, mais surtout à apprendre les bases de la communication en groupe. Sans cela, il serait utopique de vouloir les relâcher. L’équipe du CCC est là pour les aider dans cette voie.

 Relâché des chimpanzés

Le relâché de chimpanzés adultes a toujours été l’un des principaux objectifs du CCC. La façon de travailler et de réhabiliter les chimpanzés orphelins au CCC va dans ce sens :

  • Sanctuaire localisé au cœur d’un parc national, en pleine forêt. Les chimpanzés ne voient quasiment que le personnel du CCC. Le tourisme n’est pas interdit, mais la difficulté d’accès au sanctuaire limite naturellement le nombre de visiteurs (quelques dizaines par an).
  • Apprentissage de la vie en forêt pendant plusieurs années, avec d’autres chimpanzés, lors des sorties quotidiennes en forêt avec le personnel du CCC.
  • Prise de distance progressive au cours des années avec le personnel lors de la réhabilitation.
  • Les chimpanzés disposent de grands enclos électrifiés où ils peuvent s’ébattre, jouer, manger, faire des nids, etc.

Relâcher des chimpanzés est un exercice très difficile et très controversé. Il doit respecter des critères strictes de l’International Union for Conservation of Nature (UICN), et des tests vétérinaires doivent être réalisés avant pour être certains de ne pas ‘libérer’ des animaux porteurs de maladies. Plusieurs tentatives ont eu lieu. Le CCC a relâché son premier groupe de chimpanzés le 27 juin 2008, dans le Parc National du Haut-Niger. La préparation a nécessité de nombreuses années d’efforts. Dans le cas du CCC, il s’agit d’un renforcement de population, puisque des chimpanzés sauvages sont présents dans le Parc. La présence de personnel du CCC non loin des chimpanzés relâchés permet de protéger toute la zone et sa faune ! Les chimpanzés sont équipés de colliers VHF pour les femelles, et VHF-Argos pour les mâles, ce qui permet de les suivre à distance par télémétrie dans les 2 cas, mais aussi via le système Argos pour les mâles (positions GPS transmises sur internet quotidiennement grâce à la balise Argos). Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions sur la réussite ou non de ce relâché mais les résultats sont très encourageants puisque certaines femelles sont à présent avec des groupes de chimpanzés sauvages et d’autres ont donné naissance à de beaux bébés. Tous les chimpanzés parviennent à se nourrir et à exploiter leur milieu sans encombre. En Juillet 2011, un groupe de 4 chimpanzés adultes (2 mâles et 2 femelles) et 1 jeune femelle ont été introduits aux 5 chimpanzés du premier relâché qui étaient toujours suivis.  Malheureusement les mâles n’ont pas été acceptés par les femelles du premier groupe et nous avons dû les ramener au sanctuaire. Les deux femelles adultes (Annie et Lola) et la jeune (Siala, fille de Lola) ont été bien intégrées.

Nous allons continuer de supplémenter ce groupe avec des mâles afin d’en faire un groupe cohésif suffisamment grand pour assurer leur sécurité.

Radio-trakking des chimpanzés relâchés équipés de collier émetteur

Sensibilisation

Depuis 2004, le CCC mène des campagnes visant à informer et sensibiliser les populations locales du Parc National du Haut Niger et alentours, aux actions et objectifs du CCC pour la protection des chimpanzés et du Parc. Pour ce faire, le CCC organise des conférences-débats dans les villages mais diffuse également des documents tels des autocollants, affiches et des spots radios en différentes langues locales dans tout le pays. Beaucoup de thèmes sont abordés lors des échanges avec  les villageois : informations sur les dégâts de la coupe illégale de bois, du braconnage mais aussi la gestion des conflits humains-chimpanzés (protection des cultures, comportement à adopter en cas de rencontre avec un chimpanzé sauvage,…) etc. Les actions de sensibilisation dans les villages connaissent un vif intérêt de la part des populations locales et ont un effet manifestement très positif, ce qui est très encourageant. De nouvelles campagnes se dérouleront régulièrement.

Affiche, formation et sensibilisation dans les écoles