Bonne fête à toutes les mamans!

Nous souhaitons une très bonne fête à toutes les mamans!

Nous voulions profiter de cette occasion pour célébrer nos « mamans relâchées » :

  • Lottie, relâchée depuis 2008, maman de la petite Maybelle, née le 30 mai 2013
  • Mama, meilleure amie de Lottie, relâchée en 2008, maman de la petite Niamankoro, née fin 2011
  • Nanou, relâchée en 2008, maman du petit Dinié né fin 2012
  • Lola, relâchée en 2011 avec sa fille Siala (née en 2008)
  • Annie, relâchée avec Lola et Siala, maman d’une petite fille née le 08 mai 2014
La fille de Lottie en 2013 Photo CCC/L.Jacquet

La fille de Lottie en 2013
Photo CCC/L.Jacquet

Ces femelles, toutes sauvées du commerce illégal, ont été orphelines très tôt dans leur vie et nous sommes heureux qu’elles aient la chance aujourd’hui de pouvoir élever elles-mêmes leurs petits, sous l’œil bienveillant des 2 mâles du groupe, Albert et Robert. Nous ne savons pas s’ils sont les papas des bébés, car il arrive assez souvent que les femelles aillent voir des chimpanzés sauvages !

Tous les pensionnaires du CCC sont des orphelins rescapés du trafic illégal, qui n’ont pas eu la chance de grandir auprès de leur maman.

Les chimpanzés, tout comme les humains, investissent beaucoup de temps et d’énergie à élever leurs petits. Les mères chimpanzés gardent leur bébé sur elle quasiment en permanence pendant la 1ère année.

La maman chimpanzé allaite son petit pendant plusieurs années et en général ses autres jeunes l’aident avec le petit dernier. Le petit apprend avec sa maman comment se nourrir, apprend à utiliser des outils, apprend à vivre en société.

Les mâles restent en général dans leur groupe maternel et ne quittent donc jamais leur mère ! Les femelles, par contre, émigrent à la puberté pour se joindre à un nouveau groupe et évitent ainsi la consanguinité.

Les chimpanzés vivent dans une société aux liens affectifs familiaux et amicaux très forts, tout comme nous. Un bébé arraché à sa mère et à sa famille subit un traumatisme psychologique énorme. Le travail de réhabilitation effectué au CCC prend en compte cet aspect et offre aux orphelins qui nous arrivent tout le soutien affectif qu’il leur faut pour surmonter le traumatisme de leur capture violente. C’est pourquoi il faut parfois offrir la présence permanente d’une maman de « substitution » à un orphelin afin qu’il garde l’envie de vivre.

Vous pouvez aider le CCC à s’occuper de tous ses pensionnaires orphelins qui n’auront pas la chance de grandir auprès de leur maman. Visitez la page  Aidez-nous.

Merci pour eux !

Robert, avec Lola et Siala sur le dos de sa mère Photo CCC/S.Origine

Robert, avec Lola et Siala sur le dos de sa mère en 2011
Photo CCC/S.Origine


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *