Une étude comportementale au long cours

Depuis 2 ans maintenant le comportement de nos plus jeunes chimpanzés est observé lors des sorties en brousse quotidiennes. Ces observations ont pour objectif d’évaluer l’efficacité du processus de réhabilitation et d’identifier des comportement clés qui pourraient nous aider à l’avenir à évaluer le succès d’un relâcher. Ces données comportementales se focalisent sur les compétences écologiques, sociales et les budgets d’activités des chimpanzés.

Tout a commencé en 2012, quand Lissa Ongman, venue à plusieurs reprises en tant que volontaire au CCC, revient cette fois dans le but de mener une étude pendant 4 mois dans le cadre de son Master à l’Université de Kent en Angleterre. A chaque sortie en brousse, Lissa observe et note toutes les 10 minutes le comportement de chaque individu du groupe. Sont ainsi observés les comportements simples dits normaux tels que “mange”, “boit”, “se déplace”, “épouille”, “fait un nid”; et les comportements dits anormaux comme “auto mutilation”, “mouvement répétés” effectués par les chimpanzés lors de stress intense.

Se sont ainsi un total d’une vingtaine de comportements qui sont codés et enregistrés. Lissa note aussi la hauteur à laquelle ce comportement a été realisé et s’il y a eu contact avec l’homme. Cela permet d’analyser combien de temps le chimpanzé passe au sol et dans les arbres et aussi de calculer combien de temps il passe auprès des humains plutôt qu’avec ses congénères.

Pendant son séjour, Lissa forme Jeanne Legras, une volontaire présente sur le terrain depuis plusieurs mois et très intéressée par cet aspect du projet. A son départ, Lissa propose à Jeanne de reprendre ce travail et de superviser la formation des volontaires qui vont en brousse chaque jour.

Lissa collecte des données comportementales

Lissa collecte des données comportementales

De retour en Europe, Lissa étudie ces données avec sa superviseur Tatyana Humle, primatologue à l’Université de Kent et conseillère scientifique du CCC, qui supervise ce travail depuis le départ. Les premiers résultats sont très intéressants, car ils montrent que les chimpanzés ont bien un budget d’activité semblable à des communautés sauvages vivant dans des conditions écologiques similaires, mais montrent, de manière surprenante, qu’ils ont un répertoire alimentaire plus vaste que ce à quoi on pouvait s’attendre. Lissa émet donc l’hypothèse que les chimpanzés orphelins du CCC, venant de régions différentes de Guinée, apportent leurs propres connaissances avec eux et que tous ensemble ils les partagent pour en acquérir de nouvelles. D’où l’idée d’un « super chimpanzé », qui possède plus de connaissances! C’est ainsi que Lissa et Tatyana écrivent ensemble l’article The “Super Chimpanzee”: The Ecological Dimensions of Rehabilitation of Orphan Chimpanzees in Guinea, West Africa; qui expliquent ces résultats. Vous pouvez le consulter en cliquant ici.

C'est au tout de Jeanne de poursuivre l'étude

C’est au tout de Jeanne de poursuivre l’étude

Jeanne, afin de pouvoir continuer cette étude, suit alors une formation auprès de Tatyana Humle. Jeanne peut alors mettre en place un nouveau système d’étude lors d’un troisième séjour en Guinée pendant lequel son objectif majeur est de former les soigneurs locaux à la collecte de données. A partir de maintenant les données ne sont plus prises sur des feuilles de papier mais sur un i phone via un logiciel spécialisé. Tatyana et Jeanne apportent quelques modifications pour avoir une étude plus complète, qui prend par exemple en compte la partie de la plante consommée par les chimpanzés.

Jeanne repart alors 4 mois à Somoria début 2014 et forme 3 soigneurs, Sékou, Faya et Kouyaté, qui montrent une motivation et un intérêt sans limite. En parallèle, Jeanne répertorie toutes les espèces de plantes mangées par les chimpanzés en brousse grâce à Sékou qui connait très bien les espèces végétales de sa région.

Ce sont maintenant les soigneurs, qui sont chaque jour en brousse auprès des chimpanzés, qui mènent cette étude sur le terrain et nous les en remercions! Nous espérons poursuivre cette collecte de données le plus longtemps possible afin d’avoir une vision sur le long terme de l’évolution des comportements des chimpanzés réhabilités au sein du CCC.

Le passage de relais aux soigneurs!

Le passage de relais aux soigneurs!

Photo CCC/J.Legras/L.Ongman


Commentaire

Une étude comportementale au long cours — 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *