Le rôle des « mamans de substitution ».

Depuis la création du centre des dizaines de bébés chimpanzés orphelins ont été recueillis. De nombreux volontaires ont dû endosser le rôle de « maman de substitution ».

Ces volontaires consacrent des semaines voir des mois à remplir ce rôle de la meilleure façon possible. Retrouvez ces prochaines semaines à travers plusieurs interviews la profondeur de ce rôle et ce qu’ils vivent.

 

 

INTERVIEW 1 – AUDREY, MAMAN DE SUBSTITUTION DE SOUMBA

Audrey, 27 ans, est arrivée au CCC en septembre 2015. A peine 3 mois après sa venue, le centre recueille Soumba, une petite femelle orpheline d’à peine 1 an

( Retrouvez son histoire ici )

Audrey se retrouve alors confrontée à la cruelle réalité que subisse les chimpanzés et chargée d’une mission, celle de devenir sa maman de substitution. Rôle indispensable pour l’avenir de Soumba qui va devoir tout apprendre afin de pouvoir, un jour, peut-être, être réintroduite dans son milieu naturel.

Audrey, peux-tu commencer par nous expliquer qui tu es et ce qui t’amènes au CCC ?

Comme tous les bénévoles qui viennent ici, je suis une passionnée d’animaux. Je suis venue à Somoria pour m’investir dans un projet concret. C’était le moment pour moi de donner de mon temps pour nos amis les chimpanzés. C’est un réel investissement de tous les jours. On arrive motivé et plein d’énergie et il en faut car les chimpanzés du centre dépendent de nous pour avoir les meilleures conditions de vie possible.

Maman de substitution semble être un rôle clé dans le processus de réhabilitation d’un chimpanzé orphelin. Peux-tu nous en dire plus ?

A vrai dire je découvre chaque jour avec Soumba l’importance de ce rôle. En effet être maman à temps plein, c’est vraiment un métier. En tout cas je lui offre tout l’amour dont elle a besoin. Je lui montre en permanence que je suis là et que je resterai auprès d’elle comme une véritable maman. Je la protège, la soigne, la nourris. Je suis attentive à ses besoins. Je suis également là pour commencer à lui apprendre à faire des nids avec des feuilles (même si elle est très débrouillarde pour ses 10 mois ). Nous prenons nos repères ensemble, petit à petit.

Tu t’attendais à ce possible rôle avant de venir au CCC ?

Pas du tout. Je savais qu’il y avait un groupe de bébés dont nous pouvions être maman et donc de s’investir dans ce groupe mais absolument pas à devenir une maman 24h/24h exclusive.

Quand le manager est venu te voir pour t’annoncer la nouvelle. Quelle fut ta réaction ?

L’équipe du CCC a été prévenue 2 jours avant qu’un bébé allait arriver donc tout s’est enchaîné très vite. Ma première réaction a été bien évidemment la surprise ! Je me suis tout de suite sentie triste qu’un si petit chimpanzé soit déjà orphelin. Les braconniers n’ont aucun scrupule ! C’est vraiment très dur de savoir que Soumba n’a plus sa véritable maman à côté d’elle pour lui apprendre à grandir.

Avais tu des appréhensions ?

Est-ce que je vais lui plaire ? Est ce qu’elle va m’accepter pour que je devienne sa maman mais aussi dans quel état physique va-t-elle arriver.

Soumba est arrivée le 26 novembre à 17h30. Tu l’as vu, que s’est-il passé dans ta tête ?

La première chose que je me suis dite c’est “ Olala, qu’est-ce qu’elle est petite !”Dès que je l’ai eu dans mes bras, ma réaction a été “ là tu deviens maman, soit à la hauteur de ce qu’elle mérite”

Cela va bientôt faire 1 semaine que Soumba est là, vous ne vous quittez plus. Peux-tu me décrire le lien qui est en train de se créer ?

Le lien s’est très vite créé puisque je suis la seule personne qui s’occupe de Soumba. Elle est donc très accrochée à moi autant physiquement qu’émotionnellement. Je ressens la confiance qu’elle me porte. Elle se décroche beaucoup plus facilement maintenant. Elle vocalise de contentement lorsque nous allons nous coucher. Il y a donc un lien très fort qui nous unit déjà et je suis persuadée que cela va continuer d’évoluer.

Tu peux nous expliquer ton quotidien avec elle ?

Je suis 24/24 avec Soumba. Dès 6h00, elle ouvre ses yeux pour son premier biberon de la journée. Elle se rendort directement sur moi pour 1h30 de sommeil supplémentaire. A 9h, je lui prodigue les soins dont elle a besoin (blessures aux doigts de pied, main et bouche), cela 3x par jour. Ensuite j’effectue la lessive quotidienne (et il y en a entre le pipi & la nourriture). Nous allons chercher des feuilles ensemble pour lui faire un nid pour jouer ou dormir. Il y a aussi les 5 biberons quotidiens à lui donner et fruits “ à volonté”. Elle dort aussi beaucoup l’après-midi. Je veille à ses heures de sommeil. Sa journée se termine à 20h où elle s’endort profondément. Parfois elle se réveille en plein milieu de la nuit pour un ultime petit biberon.

Tu gères comment d’avoir un petit bébé accroché en permanence à toi ?

Plutôt bien, finalement ma routine reste la même, je mange, je me lave, je dors mais la petite différence avec les autres volontaires c’est que j’ai un chimpanzé accroché à mon ventre !

Elle est comment Soumba ?

Elle me surprend de jour en jour. Elle fait des choses auxquelles je ne m’attends pas. Elle commence à toucher à tout, elle est très espiègle. Cela veut dire qu’elle reprend des forces et c’est tant mieux.

Au final, c’est un bon entraînement pour devenir maman humaine tout ça ?

Oh que oui, c’est un très bon entraînement! Mon quotidien ressemble beaucoup à celui d’une vraie maman (beaucoup d’amour, de protection, de surveillance et d’émerveillement)

Et pour finir, penses-tu ressortir changé par cette expérience ?

Incontestablement. Je pense que déjà lorsque tu t’investis 6 mois de l’année au CCC tu en ressors forcément changé. Nous évoluons dans un autre pays avec une autre culture, un autre climat Les soigneurs nous apprennent beaucoup autant dans le travail, qu’humainement. Je couronne l’expérience avec la joie d’être maman et donc de créer un lien très fort. Alors oui je ressortirai de cette belle aventure profondément chargée émotionnellement.

Merci beaucoup Audrey pour ses confidences.

Interview du Centre de Conservation pour Chimpanzés

Audrey & Soumba


Commentaire

Le rôle des « mamans de substitution ». — 2 commentaires

  1. Bravo à Audrey pour son travail et dévouement. Si j’étais plus jeune, je partirais bien 6 mois pour m’occuper des chimpanzés pour lesquels j’ai un profond amour et ce depuis ma plus tendre jeunesse. J’ai eu la chance d’aller quelques jours à Ngamba Island en Ouganda pour m’occuper d’eux en 2009. J’ai eu là des jours inoubliables……. Comme j’adore ces chimpanzés !!!! Merci à tous ceux et celles qui donnent leur temps et leur tendresse pour leur venir en aide, vous êtes des anges !
    Je vous embrasse tous.
    Céline 🙂 (Québec, Canada)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *